Accueil du site / Pedro Poveda / Textes choisis / Le style des commencements

Les païens reconnaissaient les premiers chrétiens à l’amour qu’ils se portaient les uns aux autres. Que de progrès avec l’amour ! Quand il manque, tout est difficile, tout est froid, tout est sec. Que le Seigneur vous délivre du manque d’amour. (1912)

Si les premiers chrétiens devaient porter la lumière au milieu d’une société incroyante et païenne, vous ne vivez pas à une époque plus favorable et la même mission vous incombe. « Ils étaient fidèles à la prière », cette respiration de l’âme… Cette respiration produit de tels effets et une telle manière de vivre qu’on ne peut se méprendre à son sujet. Il faut bien comprendre que ces effets ne sont pas le fruit d’un jour, d’un moment de ferveur, mais de la prière persévérante, celle des premiers chrétiens, suivant en cela l’enseignement du Christ et des apôtres. Les merveilleux effets de cette prière des chrétiens des catacombes, leur courage, leur fermeté dans la foi, sont les fruits d’une prière persévérante. (Considération, 1920)